Les mysteres du langage

25 Jul
6:13

plop

Bonsoir Ă  tous !

Aujourd’hui, un article sur le langage. Un vaste sujet me direz-vous, je vais vous faire part de ce qui est connu sur ce qui nous permet d’utiliser ce mode complexe de communication. L’Homme est la seule espèce sur Terre à posséder la capacité d’utiliser le langage de manière aussi complexe bien que d’autres espèces puissent communiquer (dauphins, baleines, singes). Pourquoi cette différence ?

Nous avons plus de 90 % de gènes en commun avec nos cousins les grands singes pourquoi eux, ne peuvent-ils pas parler ?
La communication par le langage demande de maîtriser plusieurs facultés : contrôler le mouvement de nos lèvres, de la langue, etc mais également la capacité à décoder les sons et leurs significations ou encore celle d’apprendre la langue et de l’utiliser. Des études génétiques récentes ont mis en évidence un gène appelé FoxP2 comme étant impliqué dans le langage. En effet, lorsque ce dernier est muté, il entraine de lourds troubles de la parole. Cependant, l’étude génétique des gènes impliqués dans le langage n’en est qu’à ses balbutiements, il faudra donc encore de nombreuses années avant d’en savoir un peu plus!

Grâce à l’étude de personnes ayant des lésions neurologiques provocant des troubles de la parole, les chercheurs ont pu mettre en évidence deux zones particulièrement importantes dans le langage. La première zone est appelée aire de Wernicke, elle se situe dans le lobe temporal. Les personnes souffrant de lésions à cet endroit possèdent un déficit complet de compréhension du langage oral ou écrit. Ces personnes peuvent par contre avoir un débit fluide de paroles incompréhensibles. L’aide de Wernicke permettrait également le stockage de la représentation auditive associée aux mots. En résumé, cette zone est nécessaire à la compréhension des mots. La seconde zone ayant été mise en évidence est l’aide de Broca, elle fut découverte par le français Paul Broca en 1861 (cocorico). Elle est située dans le cortex cérébral et est responsable de la production des mots parlés. Les personnes atteintes de lésions dans cette zone sont capables de savoir ce qu’elles veulent dire sans réussir à composer les mots auxquels elles pensent. Du coup, il leur est possible de comprendre ce qu’on leur dit.

aire_de_broca
D’un point de vue anatomique, le larynx est le principal organe phonatoire. Il est en position haute chez l’enfant en bas âge et passe en position basse par la suite, permettant ainsi un langage articulé et modulé. Pour les grands singes, par exemple, le larynx reste en position haute tout au long de sa vie, ceci les empêche d’utiliser le langage aussi bien que nous. Malgré tout cela, une autre différence réside entre les animaux et l’Homme : l’utilisation d’idées abstraites, des jeux de mots, de l’humour ou de l’ironie. Une équipe de recherche a très récemment mis en évidence une zone du cerveau impliquée dans l’utilisation d’images abstraites par l’Homme. Cette région du cortex inférieur n’est pas stimulée chez les chimpanzés lorsque ceux-ci sont soumis aux mêmes tests que les humains. En résumé, seules peu de choses sont connues sur le langage d’un point de vue génétique et physiologique, cette voie de recherche n’en est qu’à ses débuts. Cependant, les résultats obtenus montrent d’ors et déjà que l’anatomie humaine ainsi que sa génétique a clairement évolué de façon à développer l’utilisation du langage de façon à se l’approprier, à créer et à communiquer.
Voilà, c’est tout pour ce soir, j’espère que cet article vous a plu. Je vous remercie de m’avoir lu et à très bientôt sur 2 Steps From Science !

 

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube
« »

Billythekid

PhD Student in Biophysics

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *